QU’EST-CE QUE JE VEUX ?

« OUI, JE LE VEUX ! »


Qu’est-ce qui fait qu’un jour, je peux dire « Je le veux ! », que j’ai cette conviction forte et que tout mon être dit oui ?

Jésus a souvent interpellé ses interlocuteurs par cette question : « Que veux-tu que je fasse ? », notamment à l’aveugle en Luc 18:41 qui mendiait au bord du chemin. « Fais que je puisse voir » dit-il et il fut exaucé.

Pendant le confinement, c’est la question que je me suis souvent posée le matin : que vas-tu faire, que veux-tu faire aujourd’hui ?

Certainement plusieurs ont eu, comme moi, la possibilité d’organiser leur journée en télétravail et même d’avoir davantage de temps à disposition.

« Ah, mon appartement a besoin de nettoyage… mais mon employeur attend une réponse et ma mère m’a demandé des légumes de la ferme… il fait beau, une balade à vélo avec mon mari serait sympa… ». Quelle voix écouter ? A quoi vais-je répondre, quel choix vais-je faire ?

De même, au moment important de leur vie qu’est le choix d’un métier, certains jeunes ont de la peine à décider. Ils font alors des choix par défaut, ne sachant pas ce qu’ils veulent, ni ce qu’ils aiment.

En art-thérapie, c’est lors de la réalisation d’« oeuvres » artistiques que notre être intérieur se dévoile. Un tel peint la joie de retrouver son frère et cette complicité qu’ils ont entre eux, un autre met en musique ses souffrances et frustrations à l’école, un autre encore façonne avec l’argile son sentiment d’être différent des autres. C’est alors en portant attention aux ressentis du corps que l’on apprend à se connaître.

Nous rencontrons ainsi notre particularité, notre identité, c’est-à-dire, selon la racine de ce mot, la forme unique, le contour qui restent les mêmes dans le temps. Ce que Dieu a mis d’unique en moi.

Mon rôle est d’accompagner ces découvertes et de les mettre en évidence pour que chaque personne aidée porte un regard neuf sur elle-même et développe une nouvelle compréhension de soi. Une nouvelle relation peut alors se créer de soi à soi, comme une colonne vertébrale, et cette construction solide va permettre à cette personne d’entrer en relation avec le monde à partir d’elle-même. Elle va être alors capable de décider, de choisir et de vouloir.

C’est Dieu qui nous a donné ce libre-arbitre, une volonté libre sans contrainte. Mais que va-t-on faire de ce cadeau, que va-t-on « vouloir » ?

Il nous exhorte cependant en Deutéronome 30:19, face au choix entre la vie et la mort, à choisir la vie : « Choisis d’aimer l’Eternel ton Dieu, de lui obéir et de lui rester attachés, car c’est lui qui te fait vivre et qui pourra t’accorder de passer de nombreux jours dans le pays que l’Eternel a promis de donner à tes ancêtres Abraham, Isaac et Jacob ».

Noémi Vuilleumier
Art-thérapeute

Nuage de mots-clés

Nous avons 45 invités et aucun membre en ligne

plan du site sitemap.html